mercredi 26 mai 2010

une belle musique douce


« Chut !ne dit rien. »
Il s’est passé quelque chose dans ta vie ?
« Oui il s’est passé quelqueChose »…..
J’ai rencontré quelqu’un et quelque chose.
J’ai sur mes lèvres l’absence de ses mots jamais prononcés ?
Le bruit silencieux de son regard.
Il est là c’est sûr. Mon corps, mon cœur le sait.
J’ai aussi sur mes lèvres la chaleur câline de ses baisers.
Il y a encore sur mes mains le toucher de sa peau.
Mais comment expliquer ? Comment tenir quelque chose qui vous échappe.
Quelqu’un existe quand il est là !! Mais après ?
Après….. ?
Il me reste quelque chose.
Autour de moi il plane comme un silence.
Un silence frivole empli de sensualité !!!!!
Comme un petit quelque chose…..

jeudi 20 mai 2010

C'est au fond de tes yeux, tout au fond de tes yeux.
Qu'un jour, j’ai rencontré le bonheur.
Et même, si tu n'es plus........ !!!!!
Sans toi, que serais-je devenue ?

mercredi 21 avril 2010

jeudi 7 janvier 2010

Le Cercle des poètes disparus.....

Peu importe ce qu'on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde

Et ne pas,
quand viendra la vieillesse, découvrir que je n’avais pas vécu.

Les hommes ne peuvent être réellement libre que dans leurs rêves
[Peter Weir] - Dialogue du film américain Le Cercle des poètes disparus .


On ne lit pas et on n’écrit pas de la poésie parce que ça fait joli. Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de la race humaine ; et que cette même race foisonne de passions. La médecine, la loi, le commerce et l’industrie sont de nobles occupations, et nécessaires pour la survie de l’humanité. Mais la poésie, la beauté et la dépassement de soi, l’amour : c’est tout ce pour quoi nous vivons.
Écoutez ce que dit Whitman : « Ô moi ! Ô vie !... Ces questions qui me hantent, ces cortèges sans fin d’incrédules, ces villes peuplées de fous. Quoi de bon parmi tout cela ? Ô moi ! Ô vie ! ». Réponse : que tu es ici, que la vie existe, et l’identité. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime....

samedi 2 janvier 2010

Dans le grand océan,une petite vague est amoureuse du vent.
Celui-ci lui demande tendrement:
-Tu veux que je te fasse une bourrasque ou un ouragan ?
-Oh non, je veux juste une petite bise...